Vous êtes-vous déjà demandé comment les équipements de contrôle de sécurité examinent votre valise ?


L’objectif des contrôles de sécurité dans les aéroports est d’empêcher les produits dangereux d’entrer dans les avions et de garantir que tous les vols arrivent en toute sécurité à leur destination. Par conséquent, avant d’entrer dans la zone d’embarquement, tous les passagers doivent passer par un détecteur de métaux, et les valises cabines et les bagages en soute sont examinés à l’aide d’un scanner à rayons X.

Mais comment fonctionne un scanner à rayons X ? Nous avons demandé à Joni Pekkanen, superviseur des services de sécurité de l’aéroport d’Helsinki, et à Mikko Halonen, spécialiste technique de la sécurité chez Oy Machine Tool Co, fournisseur de technologies de sécurité de Finavia, quel type de technologie se cache derrière les machines de contrôle de sécurité et à quoi elles servent.

Les rayons X sont utilisés dans les technologies de balayage.

Pour un voyageur, un scanner à rayons X se présente comme un tube en forme de boîte avec un tapis roulant qui transporte les bagages dans le tunnel. Les bagages sont scannés à l’aide de rayons X à l’intérieur de la boîte. Le scannage est possible parce que les rayons X pénètrent différentes substances à des degrés divers.

“Un tube unique garni de plomb crée des rayons X dans la machine”. Il y a une ouverture d’un centimètre de large dans le revêtement en plomb par laquelle les rayons X sont dirigés dans le tube. Chaque bagage est transporté à travers le faisceau de rayons X par un tapis roulant, et un détecteur situé de l’autre côté du tunnel contrôle la quantité de rayonnement qui a pénétré dans l’article scanné. “Les substances denses, comme le plomb, absorbent le plus de radiations, empêchant les rayons X de progresser”, ajoute Mikko Halonen.

“Un ordinateur crée une image des objets en temps quasi réel en fonction de la quantité de rayonnement qui a traversé le bagage.”

Différentes couleurs pour différents matériaux

intérieur valise rayon x


Autrefois, les images radiologiques étaient en noir et blanc. Aujourd’hui, l’image créée par l’ordinateur connecté au scanner montre différents matériaux en différentes couleurs.

Le bois, l’eau, le plastique et les textiles sont tous des matériaux organiques de couleur orange. Les métaux et autres matériaux inorganiques semblent bleus.

“L’objet scanné s’affiche en vert sur l’écran si les composants organiques et inorganiques se chevauchent. Les balles de tennis dans un tube métallique, par exemple, apparaissent en vert. “Le sel, le verre et les os font partie des autres éléments verts”, explique M. Halonen.

Plus l’objet paraît sombre sur l’écran de l’ordinateur, plus le matériau est dense ou plus la couche de substance sur le passage des rayons X est épaisse. Le noir est la couleur des substances trop épaisses pour que les rayons puissent les traverser.

Des photos 3D à la pointe de la technologie

Selon Joni Pekkanen, les progrès technologiques ont permis d’obtenir des photos plus nettes et une procédure de numérisation plus fluide. Il affirme que les images peuvent être retouchées pour obtenir un aperçu plus clair du contenu du bagage scanné.

“À l’aéroport d’Helsinki, par exemple, nous utilisons des scanners à double vue, qui génèrent deux vues distinctes d’un seul objet scanné. En fait, cela signifie que nous devons rarement re-scanner les bagages, ce qui rend le contrôle plus facile”, ajoute Pekkanen.

Le centre de traitement des bagages de l’aéroport d’Helsinki a reçu de nouveaux scanners. Ces scanners utilisent un mélange de rayons X et de technologie CT, ou tomographie par ordinateur, pour identifier automatiquement les explosifs.

Le scanner produit une image tridimensionnelle en faisant tourner la source de rayonnement autour de l’objet examiné à une vitesse rapide. L’une des nouvelles machines a la capacité de scanner 1 800 bagages par heure.

Les radiations ne causent aucun dommage aux personnes ou à leurs biens.

Les personnes et les bagages ne sont pas endommagés par les radiations émises par les scanners de sécurité.

“Un objet scanné est exposé à une dose de rayonnement d’environ un microsievert, ce qui équivaut à la dose de rayonnement de fond cosmique à laquelle vous seriez exposé pendant une heure de voyage à dix kilomètres d’altitude”, explique Pekkanen.

“C’est dix fois moins que la dose d’une radiographie dentaire”, précise M. Halonen.

Les bagages sont scannés sur leur chemin vers la soute avec des appareils un peu plus puissants mais tout aussi sûrs.

“L’ensemble du tube de la machine est recouvert de plomb, de sorte que pratiquement aucun rayonnement ne peut s’échapper”. En outre, les rayons X ne contaminent pas les marchandises scannées”, précise Mme Halonen.

Selon M. Pekkanen, le scanner à rayons X n’endommage aucun bagage typique. Cette règle comporte toutefois une exception :

“Il existe un léger risque d’endommagement des films photographiques ou cinématographiques très sensibles.” Si vous apportez un film avec un indice ASA élevé, il est préférable de le garder dans votre bagage à main et d’en informer les agents de sécurité avant le contrôle. “Le scanner n’endommagera pas les films ordinaires”, affirme-t-il.

Quand les bagages sont-ils ouverts après avoir été scannés ?

Le personnel de sécurité peut souhaiter examiner vos bagages de plus près à l’occasion. Quels critères utilisent-ils pour déterminer quand un bagage scanné doit être ouvert pour être inspecté ?

“C’est principalement l’agent de sécurité qui supervise le scanner qui est chargé de décider d’ouvrir ou non un bagage, bien que l’automatisation joue également un rôle.” Le bagage sera ouvert si l’ordinateur ou l’agent identifie des produits interdits ou une matière non identifiée dans l’image du scanner”, explique Pekkanen.

Pekkanen résume : “La technologie est une aide en développement qui nous aide à reconnaître les dangers.” En outre, des contrôles par échantillonnage aléatoire sont effectués.

“Pour renforcer la sécurité, un certain pourcentage de bagages doit être examiné de manière aléatoire.” Selon Pekkanen, “les inspections aléatoires sont choisies en fonction de l’automatisation, de sorte que même l’agent de sécurité ne sait pas quels bagages seront examinés.”

Cette page a-t-elle été utile ?